Le village lui-même s’étend en amont de la route départementale D175  jusqu’au pied de la montagne du Puy, s’étageant environ de 1024 m à 1060 m d’altitude auquel s’ajoutent sept hameaux, tous encore habités en permanence ou occasionnellement : au pied du col Lagier (côté ubac) les Granges, un peu plus loin vers l’ouest, les fermes du Coët, de Guitard et des Villardons,

en descendant la route vers Beaumont-en-Diois celle de Pierretaillée

Pierre Taillée

et plus bas à gauche dans le vallon l’ancien moulin de Rodet et la ferme de Michane.

Une activité agricole avec de l’élevage ovin et/ou bovin ne subsiste que sur les Granges, Guitard, Pierretaillée et le Coët.

Aujourd’hui, l’habitat se répartit entre résidences principales et secondaires ; des maisons ont été restaurées, des granges ou des bergeries transformées en habitations et des maisons individuelles ont même été construites. Le village est ainsi devenu plus résidentiel mais a su malgré tout garder son cachet avec les murs en pierre grise, même si certains sont crépis et colorés tandis que des jardins potagers continuent à être cultivés.

Des bâtiments ont eux aussi évolué comme par exemple celui de l’ancienne école-mairie qui n’abrite plus que la mairie et deux gîtes communaux.

Lesches-en-diois Mairie

ou celui d’une ancienne grange-bergerie occupé à présent par le local de l’ACCA et la salle polyvalente.

La mutation a aussi touché ses ruelles, jadis empierrées et herbeuses mais à présent goudronnées tout comme ses places et ses placettes transformées pour la plupart en parking. Seule la place du Charel, le long de la route départementale, demeure un vaste pré bordé de tilleuls au centre duquel se dresse fièrement un grand peuplier.

Enfin, comme à la ville, rues, ruelles et places ont été identifiées et les maisons numérotées.

rue centrale
rue centrale Lesches-en-Diois

Des fontaines utilisées autrefois,  seule la « grande fontaine » en deçà de la route (entrée est du village) coule encore en continu.

La Grande Fontaine leschoise

Un grand cadran solaire rénové orne toujours la façade d’un ancien corps de ferme restauré, à l’entrée ouest et des sculptures en bois décorent maintenant façades et paysage comme cet imposant berger près de la « grande fontaine » alors qu’au Charel, un vieil alambic rappelle l’époque ancienne des larges tapis bleus de lavande tout alentour.

La coexistence d’une église (Saint Martin), d’un temple et d’un cimetière protestant témoigne de cette double présence, catholique et protestante, typique du Diois.

l’église et le temple

La population, elle aussi, a bien changé au fil des années : le nombre d’agriculteurs s’est considérablement réduit et parmi eux seuls deux font encore de l’élevage. En revanche, malgré la diminution de l’activité traditionnelle, ce territoire a conservé son sympathique et rassurant caractère rural avec les champs cultivés, la circulation des tracteurs et des engins agricoles, la présence de vaches et de quelques moutons ponctuant les prés et se signalant par le tintement de leurs cloches ainsi que de poneys occupés au désherbage des champs et des abords en friche ; quelques poules peuvent même être aperçues ici ou là au détour d’une maison.

Bien sûr, comme dans beaucoup de villages de nos jours, la majorité de l’ensemble de la population rattachée à la commune est représentée par des résidents généralement secondaires ou n’ayant aucune activité locale ; parmi eux nombreux sont ceux qui sont nés au village ou bien sont issus de familles leschoises mais nombreux aussi sont ceux qui n’ayant aucun lien particulier, sont venus s’installer séduits par le calme et la beauté du site ou attirés par la chasse.

Selon les références statistiques de l’ INSEE, au 1 er janvier 2017  la population se répartit comme suit : population légale 48 et population totale 50. https://www.insee.fr/fr/statistiques/2534314?geo=COM-26164

Pourtant, malgré toutes ces mutations, une tradition perdure encore : la Fête de la lavande chaque 15 août.

Pour faire face à l’augmentation saisonnière du nombre de personnes et respecter l’environnement, la municipalité a eu le souci de faire construire une station d’épuration des eaux usées.

Enfin, dernière note de modernisme, une antenne-relais de téléphonie mobile a été implantée sur le flanc est de la montagne du Puy.

A présent, il ne reste plus qu’à visiter le site pour en savoir un peu plus…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

 

ante. quis Praesent elementum consectetur eleifend adipiscing